Archidiocèse de Moustier-en-Tarentaise Index du Forum
Archidiocèse de Moustier-en-Tarentaise Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le mystère du certificat de mariage envolé

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Archidiocèse de Moustier-en-Tarentaise Index du Forum -> A l'Extérieur du Palais... -> L'Entrée du Palais
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Erzsébet Juzstina
Fidèle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 20 Sep 2013
Messages: 21
Localisation: Chambéry
Emploi: Dame, Chef maréchal & tribun
Féminin

MessagePosté le: Mar 3 Juin 2014 - 22:28    Sujet du message: Le mystère du certificat de mariage envolé Répondre en citant

Oui, elle devenait fébrile à force de vivre en Savoie. Juzstina avait appris à voir les complots partout et elle avait trop souvent raison pour que sa naturelle méfiance ne décroisse. Son époux avait essayé de faire d'elle une jeune fille plus détendue ; rien n'était plus ennuyant qu'avoir une femme qui semblait déjà sur les dents à seize automnes à peine. Sans doute se projetait-il dans un avenir hypothétique dans lequel la Magyare serait une femme acariâtre et névrosée, cloîtrée chez elle pour éviter d'être assaillie par des adversaires qui n'existaient que dans son imagination trop fertile. Pour l'heure, la folie n'était pas au menu. La Sélénios avait toute sa tête même si les projets pour lesquels elle l'employait n'étaient pas toujours des plus socialement acceptable. Elle n'en restait pas moins une jeune femme pieuse... À sa façon.

Presque aussi pâle que ses yeux, la Dame se laissa aider d'une main pour descendre du coche. Le capuchon de sa cape bordeaux reposait sur sa chevelure d'ébène comme si elle cherchait à cacher quelque chose. Sa main se posa sur son ventre alors qu'elle soupirait. Les déplacements devenaient franchement compliqués d'autant plus qu'elle ne cessait de demander des pauses pour marcher un peu. Le brinquebalement du coche lui donnait la nausée et des douleurs sévère au dos. D'un pas mesuré, elle entra dans le bâtiment qu'elle connaissait assez bien en retirant le capuchon et ses gants sombres. Après s'être fait annoncée en attendant de voir quel serait le lieu de rencontre de prédilection de son hôte, Juzstina examina un portrait au mur avec attention. Ses doigts traçaient des cercles tendres sur la rondeur nourricière de son ventre.

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 3 Juin 2014 - 22:28    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
yut
Visiteurs
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2010
Messages: 4
Localisation: Lyon
Emploi: Cardinal-Archevêque
Masculin

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 00:27    Sujet du message: Le mystère du certificat de mariage envolé Répondre en citant

Le prélat avait fait la route depuis Lyon pour arriver au Palais Épiscopal de Tarentaise, à la demande d’Erzsébet. Il avait été présent à son mariage, il était donc tout naturel qu’il l’accompagne pour traiter de ce sujet avec ce bon vieux Neocor. Un prélat que Yut appréciait grandement, homme de bien, dévoué à l’Église, un ami même. Voilà bien longtemps que les deux travaillaient ensemble au Concile Épiscopal du Saint Empire. Maintenant, il savait que son collègue n’était plus tout jeune, et ne saurait dire si l’âge lui faisait du bien ou non. C’était assez difficile à déterminer pour le cardinal qui craignant comme la peste le vieillissement, le répugnant plus que tout.
Arrivé au Palais Épiscopal de Tarentaise, le Borgia se recueilli quelque temps en pensant à celui qui jadis a occupé ce lieu, entre le premier épiscopat de Neocor et l’actuel; son mentor Tully. C’était l’homme qui lui avait tout appris, certainement celui pour lequel il portait une robe rouge en ce jour, même si ça faisait bien longtemps qu’il avait disparu. Un dernier soupire en pensant à lui, avant de sortir de son coche drapé de sa nouvelle pourpre. Il entra dans le Palais et on l’annonça. Il posa alors son regard sur la principale intéressée, qui était déjà arrivée.


Ma fille, c’est toujours une joie que de vous revoir.

Jetant au coup d’œil au ventre qui était maintenant arrondi depuis plusieurs mois :

Puisse le Très-Haut toujours veiller sur vous et sur votre enfant à naître.

Préférez-vous vous asseoir en attendant que ce brave Neocor nous reçoive?


Il fit un signe de tête à un valet pour qu’il apporte un siège.
_________________


« Les paroles sincères ne sont pas élégantes ; les paroles élégantes ne sont pas sincères. »
Revenir en haut
Erzsébet Juzstina
Fidèle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 20 Sep 2013
Messages: 21
Localisation: Chambéry
Emploi: Dame, Chef maréchal & tribun
Féminin

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 00:59    Sujet du message: Le mystère du certificat de mariage envolé Répondre en citant

Erzsébet ne se retourna pas en entendant les pas. Elle se retint de toute la force de sa volonté. Avant même de le voir ou d'entendre sa voix, elle avait su reconnaître le rythme de son pas et l'énergie dont il emplissait chaque endroit où il se trouvait. La jeune femme ferma les yeux et sa main passa de son ventre à sa poitrine avant de redescendre sur l'arrondi.

Joue ton rôle, Erzsi. Tu sais qu'il faut faire, ce qu'il ne faut pas faire. Souvient-toi de mère au jardin, lorsque tu étais dans cette tenue ridicule de soeur qui ne te sied qu'indécemment, lorsque tu avais juré que plus jamais regard d'homme ne se poserait sur toi... « Mais enfin, petite Erszi, les fantômes n'existent pas ! Et les femmes von Selenios à la merci des hommes non plus. Reprends-toi, mon enfant. Aucun être humain ne mérite que ma fille ne se désespère pour lui. Et certainement pas un homme, si tu veux mon avis. »

C'était sur ces pensées qu'elle se retourna à demi vers Yut. Son coeur se serra douloureusement et sans doute y eût-il un cillement dans son regard, mais la von Sélénios était beaucoup trop fière pour se permettre davantage de faiblesse. Elle sourit en espérant que cela dénouerait sa gorge suffisamment pour qu'elle puisse parler puis exécuta une révérence étonnement élégante pour une femme aussi avancée dans sa grossesse. La jeune femme redressa la tête pour se donner de la stature, celle de sa naissance et non pas de son état présent.


Votre Éminence... Je suis fort aise de vous voir icelieu et honorée de me trouver en si merveilleuse compagnie. Vous me voyez navrée cependant de ne pouvoir vous fournir ce sentiment réciproque. Avant que vous ne disiez mot : je vous prierais au nom du respect, de ne point me donnez cette réponse aussi simple que fausse que l'on est toujours bien entouré lorsque nous sommes dans un lieu sacré ou pire en compagnie de d'autres Aristotéliciens. Je connais la valeur de ma présence et elle s'apparente davantage à de mauvais souvenirs qu'à une estimée rencontre. De toute manière, le mensonge est un péché et il siérait mal à votre bouche.

Erzsébet eût une brève oeillade pour cette dernière d'ailleurs comme pour appuyer ses dires. Elle inspira profondément et leva les yeux vers le plafond pour se redonner une convenance. Son sang redevenait fougueux, mais pour des sentiments qui n'avaient rien à voir avec la tendresse. La Magyare avait cette tendance à tourner son chagrin en colère et cette colère en énergie vindicative. Cependant, il y avait une part de son coeur qui ne pouvait accepter cela et c'est cette partie d'elle-même qui la ramenait à la raison. Plus tard... chez elle... Il y avait les petits criminels qui avaient sévis dans ses Seigneuries. Ceux-là goûteraient à son courroux comme ils le méritaient. Elle décida donc d'en revenir à ce qu'il avait dit :


Si le Très-Haut se veut réellement bienveillant à mon égard, votre Éminence, Il donnera un fils, mais je n'en escompte pas tant. Il a déjà sauvé nos vies il y a quelques mois et je ne saurais me montrer exigeante au point d'en vouloir plus.

Puis vint la négation d'un signe de tête.

Non point, je ne désire pas m'asseoir. Je suis peut-être grosse, mais je ne suis pas encore incapable. Je garde cela pour mes vieux jours si tant est que je les verrai. Ne soyez point embarrassé pour moi, néanmoins. Si vous désirez vous asseoir, je ne vous jugerai pas. Le voyage entre Chambéry et le palais est beaucoup moins long que celui entre Lyon et ici.

La Magyare lui offrit un sourire moqueur.
_________________
Revenir en haut
Neocor
Archevêque de Tarentaise
Archevêque de Tarentaise

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2007
Messages: 2 172
Localisation: Chambéry
Emploi: Au service d'Aristote
Masculin

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 07:35    Sujet du message: Le mystère du certificat de mariage envolé Répondre en citant

Le vieux passait pour sourd, manquant de jugement, voire déjà apte à rejoindre le Très Haut dans le Paradis solaire... Il est vrai qu'il s'était employé à cultiver cette image d'homme affaibli, vacillant. Mais c'était là le signe d'un esprit aiguisé, cette attitude lui permettait d'en apprendre beaucoup sur ses contemporains et de discerner plus facilement celles et ceux qui nécessitaient un passage entre les mains de fer de l'Inquisition.

C'était sans nul doute son seul défaut. Sa volonté farouche de ramener chaque âme en perdition sur le Chemin de la Vérité, eût-il pour cela nécessité de se résoudre envers les égarés à quelque période probatoire de surveillance rapprochée. Il était de la "vieille école", et combien de fois avait-on essayé de l'abuser ! La Noblesse surtout, lorsqu'elle se souvenait que pour accéder aux fonctions suprèmes, elle avait besoin d'un baptême en urgence, ignorante jusques là des termes du Concordat signé entre les autorités religieuses et le Dûché. Bref, Neocor avait une maxime décomposée selon un modèle invariable... Avoir l'oeil et l'oreille, faire l'âne pour avoir du foin et intervenir avec rigueur si besoin était.

Il en était là de ses réflexions précédant chaque nuit de prières lorsqu'il lui sembla entendre chuchotter au rez de chaussée... "Par les Sainctes burnes d'Aristote, la piété n'avait donc point d'heure ?"

Il savait bien qu'il convenait d'accueillir ceux qui souffrent, quelle que soit l'heure, quelle que soit son humeur. Il verifia qu'il avait ses sandales aux pieds, reposa sa coupe de tisane et descendit d'un pas assuré... Toujours mettre le visiteur en condition nécessitait qu'il entonnat un chant réligieux scandant chacun des dégrés des marches...


Je.. crois.. en toi.. Seigneur... je.. crois, en toiii !

Et soudain il voit rouge... Du rouge... Cardinal... Ici ! Pas se manquer ! Vu le nombre de défrocations en cours, à la pelle pourrait on dire, il ne supporterait pas pareille offense à sa profonde Foy...

Un Rouge accompagné d'une jeune personne ! "Non, Très Haut, ne me dites pas que..." Plus près maintenant il reconnait son ami, le Frère Yut...


Heu... Bienvenue en Tarentaise cher Frère ! De mauvaises nouvelles ? L'accolade aristotélicienne... Regarde la femme, ne se rapproche pas d'Elle, l'impureté est partout ! A moins qu'Elle ne fût religieuse également ?

Madame ! Loué soit le Tout Puissant qui vous met dans les pas d'un Cardinal afin de pouvoir sortir, sans pêcher de chez vous à pareille heure !

L'ongle jauni et de taille idoine pour se dépouiller à son aise se dirige derrière son oreille...

Bon ! Je suppose que vous n'êtes point ici pour passer la nuit ! S'il s'agit de cela nous avons quelques cellules... individuelles...

Et là, à cet instant, il voit le ventre bombé de la paroissienne...

Ah ! Me voila rassuré ! C'est pour une mise bas ? Voulez vous que je fasse mander mon médicastre ?
_________________
Neocor de Bollengo,
Archevêque de Tarentaise.
Revenir en haut
yut
Visiteurs
Visiteurs

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2010
Messages: 4
Localisation: Lyon
Emploi: Cardinal-Archevêque
Masculin

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 14:53    Sujet du message: Le mystère du certificat de mariage envolé Répondre en citant

Le prélat écouta la jeune dame avec attention, et ne put s'empêcher de détourner légèrement le regard. Il ne répondit pas, songeant à ce qu'elle venait de dire et ne sachant qu'en penser. Lorsqu'elle retourna ''contre lui'' sa proposition, il se contenta de hausser les sourcils en refusant d'un signe de la main. De toute façon, ça ne servait à rien que de répondre. Il espérait simplement que Neocor ou un de ses hommes vienne les sauver de cette situation qui devenait embarrassante et qu'il ne savait pas comment gérer.
Et l’archevêque arriva, mais le cardinal n’était pas certain, à sa vue, que tout se règlerait. Il lui sourit néanmoins en lui faisant l’accolade.


Mon frère, fort heureux de te revoir! Comment vas-tu?

De mauvaises nouvelles? Toujours, hélas, mais ce n’est pas pour cela que nous sommes ici je te rassure.


Le vieux prélat détourna son attention sur Erzsébet. Un accueil chaleureux, n’est-il pas? Léger froncement de sourcil avec l’esquisse d’un sourire amusé au bout des lèvres cardinalices. On ne le changerait jamais, ce Neocor!

Oh, mon frère, non, elle n’est pas encore rendue à l’accouchement, du moins je ne crois pas. Nous sommes ici pour une affaire de mariage. Maintenant, nous serons probablement plus à l’aise dans un bureau, ne crois-tu pas?
_________________


« Les paroles sincères ne sont pas élégantes ; les paroles élégantes ne sont pas sincères. »
Revenir en haut
Erzsébet Juzstina
Fidèle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 20 Sep 2013
Messages: 21
Localisation: Chambéry
Emploi: Dame, Chef maréchal & tribun
Féminin

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 16:07    Sujet du message: Le mystère du certificat de mariage envolé Répondre en citant

Juzstina dardait un regard ardent sur le Cardinal. Si elle était apparemment détendu, elle n'en était pas moins crispée.

Répondez-moi lâche que vous êtes. Osez me regarder dans les yeux et proférer encore un de vos mensonges sucrés, songea-t-elle en cherchant à conquérir son regard.

La Magyare sentit le moment se rompre en entendant des pas sur le sol. Elle fit une révérence que l'archevêque ne vit même pas. Les prunelles d'argent l'inspectèrent de haut en bas comme elle évaluait toute chose et toute personne. Dieu devait vraiment lui en vouloir pour lui imposer ce parcours. La jeune femme ne cilla pas le moins du monde aux paroles de Neocor pour se contenter d'inspirer profondément. Ah! Woland avait réussi à se venger d'elle. Leurs piques mutuelles enflaient avec le temps au point où la Sélénios se demandait même si un jour ils ne finiraient pas par purement vouloir s'entretuer avant de se rappeler la grande tendresse dont son grand-père faisait preuve à son égard.


Monseigneur, vous vous fourvoyez sur ma personne. À moins que vous ne me disiez que Monseigneur Woland aurait mal éduqué sa petite-fille et qu'il la laisserait aller et venir s'il n'était pas absolument certain de sa bonne conduite? Non, Monseigneur. Je veux croire que vous êtes plus raisonnable que cela et que vous n'avez pas cette âpre condescendance que beaucoup acquiert avec l'âge.

La jeune femme sourit.

Nous sommes ici effectivement relativement à mon certificat de mariage qui semble s'être envolé dans un coffre dont seul mon grand-père a la clé. Comme il est souffrant, je ne saurais l'ennuyer avec ces questions qui n'en deviennent pas moins urgentes à régler.
_________________
Revenir en haut
Neocor
Archevêque de Tarentaise
Archevêque de Tarentaise

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2007
Messages: 2 172
Localisation: Chambéry
Emploi: Au service d'Aristote
Masculin

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 17:33    Sujet du message: Le mystère du certificat de mariage envolé Répondre en citant

Mon très cher Ami, je vais merveilleusement bien ! Bien sur, j'ai le gastre acide, la jambe lourde, les reins hors d'étât, la vue trouble, le bourdonnement d'oreilles ! Mais Aristote sait me faire oublier ces petits maux de vieillard que je suis. Quelle est donc cette affaire de mariage dont tu me parles ?

Il chasse l'idée que Yut soit venu lui présenter sa promise... Impossible, cet homme est droit comme un I. Neocor se tourne alors vers la Dame... Un certificat de mariage qui semble s'être envolé dans un coffre dont seul votre grand-père a la clé ? Un homme d'un certain âge sans doute... Il n'y en a qu'un seul ici qui soit aussi décrépi que moi, c'est Woland ! M'aurait-il caché quelque chose ? Je suis le seul à détenir les clefs de chaque porte, chaque coffre, enfin... à ma connaissance. Et votre aïeul doit être en retraite car cela fait deux lunes que je ne l'ai vu !

Ferme un oeil

Mais j'y songe... Ne seriez vous point notre Tribun ?

Sans attendre de réponse, Neocor envoie un sourire énigmatique de circonstance à Yut...

Allons... Suivez moi je vous prie... Cette affaire sent une drole d'odeur...

http://archidiocesemoustier.xooit.com/t1135-La-crypte.htm#p11785
_________________
Neocor de Bollengo,
Archevêque de Tarentaise.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:33    Sujet du message: Le mystère du certificat de mariage envolé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Archidiocèse de Moustier-en-Tarentaise Index du Forum -> A l'Extérieur du Palais... -> L'Entrée du Palais Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com